Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 09:55

Cela faisait longtemps (au moins 15 jours !...) que le blé n'était pas parti en vrille haussière... Il vient en effet de s'adjuger benoîtement 16 % en trois jours, ce qui porte sa hausse à 43 % depuis le début de l'année (soit une performance trois fois supérieure à celle du pétrole...) et 176 % depuis un an! On notera par ailleurs qu'à 12,82 dollars le boisseau, l'échéance mai sur le contrat à terme coté à Chicago a établi un nouveau record historique en clôture, après avoir été suspendu à la hausse à 13,13 dollars, qui plus est !

Et que s'est-il passé, dans le fond, depuis 3 jours ? Rien... Ou, plutôt, à peu près rien... Oh, certes, on pourrait dire que la proportion de blé offrant des perspectives de récolte bonnes ou excellentes est passée de 44 % à 41 % depuis la semaine dernière dans l'Oklahoma... Ou bien que le Ministère américain de l'agriculture a déclaré hier que les réserves de blé américaines baisseraient probablement de 47 % cette année ; ou encore que la Turquie a annoncé qu'elle allait acheter 500 000 tonnes de la céréale reine la semaine prochaine...

Mais bon, il n'y a là rien de bien nouveau ou de réellement significatif. La problématique est en réalité toujours la même : le blé est, à son corps défendant, et au même titre que le pétrole, un sous-jacent désormais utilisé comme un instrument de couverture – ou de franche spéculation... – face à la dérive inflationniste en cours ; il peut donc valoir n'importe quoi – et il le vaut d'ailleurs... – et ce d'autant plus que ses fondamentaux demeurent excellents et qu'à la différence du pétrole, l'élasticité demande/prix est très faible...

Il n'en demeure pas moins qu'une volatilité à 20 jours frisant les 80 %, c'est très malsain et cela finit souvent mal... A bon entendeur.

Source : ABN le 13/03/2008

Partager cet article

Repost 0

commentaires