Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 22:52

Le regain d'inflation qui touche tous les pays du monde depuis quelques mois est principalement lié à la hausse des prix des matières premières, à la fois alimentaires et énergétiques, accentuée par une forte augmentation de la demande des pays émergents.

Source : AFP

Le cours des céréales explose tandis que le pétrole s'installe au-dessus des 100 dollars le baril, pesant fortement sur la plupart des économies du globe et sur le pouvoir d'achat de la population. La raison majeure de ces hausses de prix est la demande croissante provenant des pays émergents, dont les économies à la forte croissance ont besoin de matières premières pour alimenter leur production et dont les travailleurs, de mieux en mieux rémunérés, aspirent eux aussi à consommer davantage. Une demande que l'offre mondiale, limitée par ses ressources ou ses capacités de production, peine à satisfaire. D'où des tensions accrues sur les marchés internationaux et la hausse des cours qui en résulte.

Dans la foulée des matières premières, l'inflation commence donc elle aussi à battre des records de par le monde, amputant partout le pouvoir d'achat des ménages. Les tensions sur les prix sont particulièrement sensibles dans les pays en développement, où les familles consacrent la majeure partie de leurs revenus à l'achat de nourriture ou au carburant nécessaire à leurs déplacements. Des manifestations violentes, parfois meurtrières, ont déjà éclaté dans plusieurs pays d'Afrique contre la cherté de la vie, et la Banque mondiale (BM) considère que cet alourdissement de la facture des importations expose au total 33 Etats à des troubles politiques et à des désordres sociaux. "Nous avons besoin d'un New Deal pour la politique alimentaire mondiale", a prévenu le président de la BM, Robert Zoellick, appelant les pays industrialisés à un effort massif et concerté sans quoi "plus de gens vont souffrir et mourir de faim".

Mais les économies développées, elles-mêmes menacées par l'inflation, disposent d'une marge de manoeuvre limitée. La stabilité des prix est "essentielle pour les plus pauvres et les plus vulnérables de nos citoyens", a insisté Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne. L'institution monétaire européenne mène en effet une stricte politique de taux élevés pour lutter contre la hausse des prix mais doit parallèlement faire face au ralentissement de la croissance provoqué par la crise financière.

Une hausse des prix rognant mécaniquement le pouvoir d'achat des ménages, elle pourrait provoquer une baisse de la consommation, l'un des moteurs de la croissance, et une réduction de l'épargne qui alimente ce moteur. Sans parler des pressions sociales grandissantes pour une hausse des salaires qui risqueraient à leur tour d'alimenter l'inflation. C'est le spectre de la "spirale inflationniste", tant redouté par les autorités monétaires. Il pourrait d'abord se manifester dans les pays émergents, locomotives de l'économie mondiale, où les gouvernements ont tendance à privilégier la croissance par rapport à la lutte contre l'inflation.

"Avant tout, nous devons assurer le développement rapide et stable de l'économie et en même temps contrôler l'inflation de manière efficace", a expliqué le Premier ministre chinois Wen Jiabao, qui s'est fixé un objectif d'inflation de 4,8% pour 2008 alors qu'elle atteignait 8,7% en février. La priorité de Pékin est d'"empêcher qu'une croissance rapide ne tourne à la surchauffe", a-t-il résumé. Un échec, en Chine comme ailleurs, signifierait certes une hausse des salaires mais se traduirait automatiquement par une hausse des coûts des produits de grande consommation exportés partout dans le globe. Le regain d'inflation des pays émergents viendrait alors contaminer l'ensemble de l'économie mondiale, aggravant encore la situation actuelle.

Source : AFP

Concernant le marché du blé, les cours continuent d'évoluer sans grande tendance (dérive latérale) en attendant de nouveaux mouvements d'ampleurs à venir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires