Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 13:46

Le 16 mai à Bruxelles, des experts ont fustigé les interdictions d'exporter des céréales adoptées par certains pays, jugeant qu'elles contribuent à la flambée des prix alimentaires dans le monde.

Pour Joachim von Braun, directeur général de l'Institut de recherche internationale sur la politique alimentaire (IFPRI), «cette nouvelle maladie du commerce international fait un tort considérable aux populations pauvres». L'organisation estime que la suppression des interdictions d'exporter actuellement en vigueur «stabiliserait les fluctuations des prix du grain et réduirait les niveaux de prix jusqu'à 30%».
«Les restrictions d'exportations sur le riz en Inde affectent par exemple les consommateurs du Bangladesh et réduisent également les incitations pour les producteurs de riz en Inde à investir dans l'agriculture», par le moindre débouché qu’elles engendrent, a souligné cet expert.
Cette question de l’incitation à produire, posée le 14 mai au point mensuel de l’OniGC, préoccupe l’office. Patrice Germain, directeur général adjoint, a indiqué que l’OniGC a démarré une réflexion sur les outils de régulation, indispensables selon lui pour que le marché ne soit pas livré à ses forces aveugles. Plusieurs paradoxes du marché ont été soulignés le 14 mai par l’office, comme l’accumulation de stocks de blé et de maïs, en dépit d’une forte demande et d’achats record de maïs et de sorgho par l’UE sur le marché mondial pour ses industries d’aliments du bétail.

Source : Agra presse 18/05/08

Partager cet article

Repost 0

commentaires