Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 10:30

Le rôle crucial du stock
C'est là qu'intervient le niveau du stock mondial de blé. Il sert de "tampon" entre l'offre et la demande. Depuis des années, on pioche dedans pour satisfaire une demande supérieure à l'offre. Forcément, au bout d'un certain temps, le niveau du stock devient dramatiquement bas...

Sans tenir compte de la récolte qui s'ouvre en ce moment, le stock atteint actuellement un creux de 60 ans aux Etats-Unis. Et au niveau mondial, la situation n'est guère plus favorable : le stock atteint un point bas de plus de 30 ans ! Nous n'avons pas plus de deux mois de stock devant nous !

Forcément, au moindre aléa, les tensions s'exacerbent... et le phénomène du pic apparaît.

L'évolution du dollar a lui aussi un impact
Les Etats-Unis étant le plus gros exportateur, le blé est libellé en dollars. Les variations du dollar influencent donc le timing de la demande.

Conséquence : la chute du dollar sur 2007/2008 constituait une aubaine pour les nations hors zone dollar, leur pouvoir d'achat s'en trouvant fortement amélioré. Pour 100 unités de monnaie locale, on achète de plus en plus de blé si le dollar chute.

Les pays importateurs qui achètent leur blé aux Américains en ont donc profité sur 2007/2008. Entre août 2007 et mars 2008, le dollar a perdu quasiment 20% de sa valeur ! Vous imaginez l'aubaine... Ce qui a accru d'autant la pression acheteuse et a donc conduit au pic.

Prenez l'habitude de surveiller l'évolution du dollar... en sachant que la corrélation blé/dollar est négative.

Tenez compte de la saisonnalité
En effet, le fait qu'il y ait deux récoltes par an a un impact sur le cours. En général, lorsque le blé de printemps est récolté (juin-juillet-août) les cours sont bas. Ils repartent à la hausse à l'automne et atteignent leur point haut en début d'année, quand les stocks sont au plus bas car la dernière récolte n'est pas encore arrivée.


Saisonnalité du blé étudiée sur 40 ans

Concernant le dernier pic, les cours ont commencé à décoller en octobre 2007 et ont atteint un point haut fin février 2008. Nous étions "en phase".

Scrutez l'évolution des "concurrents" qui ponctionnent une partie croissante de la production de blé
Alors que le blé récolté servait jusqu'à récemment essentiellement à nourrir la population, une partie de plus en plus importante est ponctionnée pour nourrir les élevages qui se développent fortement. En effet : enrichissement des populations pauvres = changement des habitudes alimentaires = hausse de la demande de viande, donc développement des élevages. Or il faut bien nourrir les animaux avec du soja, du maïs, du blé....

Second concurrent : l'essence verte. Une part de plus en plus importante de sucre, de colza, de maïs, et même de blé est achetée par l'industrie du biodiesel/bioéthanol. Manger ou conduire, faudra-t-il un jour choisir ?

Notez également qu'il existe une corrélation entre le cours du brut et les essences vertes, donc entre le brut et le cours des céréales par répercussion !

Autres facteurs d'influence à surveiller : les facteurs politiques
Quand les tensions s'exacerbent, le protectionnisme refait surface. Sous toutes ses formes : subventions, aides, barrières douanières, taxes, quotas...

Deux exemples récents constatés lors du pic de mars :

- Les Russes ont augmenté leurs taxes à l'exportation sur le blé de 40%. Objectif : garder en priorité le blé pour leur population et enrayer l'inflation. Cela a réduit d'autant les quantités de blé disponibles sur le marché international et a poussé davantage encore le blé à la hausse.

-L'Argentine, gros producteur de blé également, a fait de même en imposant des quotas à l'exportation. Mêmes objectifs, mêmes conséquences : les tensions sur les prix internationaux se sont exacerbées.

La goutte d'eau qui fait déborder le vase ?
La spéculation bien sûr. Plus la situation est tendue côté fondamentaux et plus la spéculation est forte. Voilà sans doute comment on transforme une tendance haussière de fond en un véritable pic.
Source : L'Edito Matières Premières & Devises du 5/09/08

Partager cet article

Repost 0

commentaires