Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 22:51

Il y a quelques mois de cela, tout le monde n'avait qu'une idée en tête : acheter des matières premières. Mais depuis l'automne, chacun prend ses jambes à son cou et c'est à celui qui partira le plus vite en courant. Plus personne ne veut s'y intéresse... à l'exception des initiés.

C'est une erreur... à éviter.

Encore faut-il pour cela être sélectif et faire le bon choix. Les matières premières sont nombreuses et très variées, et toutes ne sont pas logées à la même enseigne. Et pour être claire, je m'attends pour nombre d'entre elles à bien des difficultés encore en 2009, tant l'économie patine.

Ne jetez pas le bébé avec l'eau du bain !
Une classe d'actifs cependant est relativement décorrélée des aléas de la crise économique que nous subissons : les matières agricoles, et notamment les grains. Même par temps de crise, on ne peut tout de même pas s'arrêter de manger du blé, du maïs, du soja ou du riz... Ce sont des besoins primaires, comme boire ou respirer.

Et si le blé était adepte des montagnes russes
Vous vous souvenez sans doute des cours du blé qui avaient été propulsés au sommet début 2008, au grand dam des populations les plus pauvres.

Les agriculteurs ont alors largement privilégié les semis de blé au détriment des autres cultures, pour tirer profit de cette situation. Conséquence : une production de blé record au début de l'automne, exacerbée par une météo particulièrement clémente. Les cours ont violemment dévissé jusqu'à atteindre un point bas à 4,72 $ le boisseau sur le Cbot, loin des 13 $ atteints en février...

En tout cas, ceci a permis de renflouer les stocks à hauteur de 24%, une bonne chose car ils avaient atteint un point bas de 26 ans...

Le blé délaissé
Face à la déprime des prix du blé à l'automne, en période des semis, inutile de vous dire que les agriculteurs ont arbitré en faveur du maïs et du soja au détriment du blé, moins rentable. Les emblavements (blé d'hiver) ont reculé de 9% ! Or moins de blé semé signifie une production moindre.

Voilà pourquoi je pense que le cours blé a atteint un point bas, et qu'il offre un potentiel réel. Nous avons touché un plancher sur le blé. Le recul probable de la production soutiendra les cours. Les stocks restent globalement à des niveaux très bas. Surtout qu'il n'est pas certain que, cette année, la météo soit aussi clémente que l'an passé !

Le maïs devra patienter
En revanche, beaucoup de maïs ayant été planté à l'automne aux Etats-Unis au détriment du blé, la production est sans cesse revue à la hausse par l'USDA. Cette hausse est bienvenue car elle viendra compenser le recul de la production brésilienne et argentine qui souffre de sécheresse. Au final, production (autour de 786 millions de tonnes attendues) et niveau de stock devraient être stables.

Cela dit, le maïs souffre de la baisse de la demande, contrairement au blé. L'industrie de l'éthanol est au point mort à cause de l'effondrement des cours du pétrole. La demande de maïs en provenance de ce secteur se tarie. Même chose du côté des producteurs de poulets et de porcs qui sont confrontés à une baisse des commandes. Là aussi, le débouché se resserre pour le maïs... et le stock augmente.

Le soja dopé par la sécheresse argentine
Le soja a lui aussi été favorisé lors des plantations américaines à l'automne. On s'attend donc à une production et des stocks en hausse aux Etats-Unis.

Ceci n'a pas réussi à calmer les ardeurs des investisseurs. Récemment, ils ont fortement poussé les cours du soja à la hausse (+27%). En cause, les anticipations de baisse importante de production argentine et brésilienne pour cause de sécheresse. Or l'Argentine est le second producteur et exportateur de soja derrière les Etats-Unis ! D'où l'impact. Affaire à suivre...

Tous les six mois, une nouvelle récolte...
Et maintenant ? La prochaine étape s'approche. Les Américains vont à nouveaux se lancer dans les semis d'ici peu. Je suis prête à parier que le soja, dont le prix c'est mieux tenu, emportera la mise ! Tous les six mois, les dés sont jetés à nouveau. Les paris sur la météo sont ouverts et les potentiels de hausse des cours sont bien là. Voilà pour le court terme.

Les fondamentaux long terme sont clairement positifs
A plus long terme, je reste fondamentalement positive sur les grains, et les soft en général, notamment le blé et le soja. Augmentation de la population mondiale, impossibilité d'accroître les surfaces cultivables, érosion des sols, aléas climatiques de plus en plus exacerbés avec le réchauffement climatique, hausse des coûts de production (notamment le prix des engrais et de l'eau) et, bien sûr, tôt ou tard, l'inexorable remontée des cours du pétrole... beaucoup de facteurs soutiendront la réelle tendance de fond haussière des cours des céréales/oléagineux.

Mon avis ?
Etant donné les points bas atteints fin 2008, les céréales sont clairement une opportunité d'achat dans une optique d'investissement à moyen long terme. Notamment le soja et le blé. Mais aussi le riz et le maïs.
Source : l'édito des matières premières

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Claude 03/02/2009 23:35

Merci à Mohamed pour votre proposition.

Mais je ne pense pas maîtriser l'analyse technique, j'essaye juste à mon modeste niveau d'essayer de suivre la tendance et d'alerter sur les éventuels changement de cap d'après les outils mathématiques qui nous sont fournis.

Par contre,si vous êtes patient, je travaille sur un projet de site Internet pour mettre en place une équipe d'analyste des marchés (info sera mise à disposition).

MOHAMED 03/02/2009 23:21

Bonjour CLAUDE
Aimerais vous avoir comme consultant chartise

Claude 22/01/2009 23:47

Merci pour cette remarque pertinente de Keyser Soze concernant l'investissement sur les marchés de céréales.

Effectivement sur décembre, j'échangeais avec l'un d'eutre vous sur le maïs, et j'attirais l'attention sur l'accompagnement de la hausse future des cours du blé avec le Certificat émis par ABN AMRO le 1171 N qui réplique les variations des cours du blé décorrélé de la parité €/$. Et biensur, je me suis fait surprendre par la hausse brutale de 13€ en 2 séances des cours, ce qui fait qu'à ce jour je ne suis toujours pas en position.
C'est très difficile, mais je vais mettre une nouvelle analyse dès demain vendredi, car les cours sont sur le fil (soit un rebond pour aller vers les 160€ rapidement, ou alors un retour rapide vers les 140 puis 137€).
Du quite ou double; là est le problème, car la volatilité va reprendre de plus belle dans les jours à venir.

Pour info, vous êtes chaque jours de plus en plus nombreux sur ce blog avec une fréquentation journalière comprise entre 200 et 260 visiteurs uniques.
Merci à vous.

Mike 22/01/2009 11:16

L'edito des mat. a le mérite d'exister et donne un oeil extérieure ce qui est intéressant. Il ne faut pas oublier que les marchés sont guidés par les financiers qui habitent dans les villes...

Sinon, pollen, g presque fini mon site et tu me diras ce que tu en pense.

Keyser Söze 21/01/2009 23:57

Mesdames et Messieurs , à quoi servirait une analyse sans action ensuite ?
vous apportez déja la réaction , j'ai rarement vu autant d commentaires se succéder sur un message , preuve s'il en est que nous sommes nombreux à nous abreuver à la rivière de Claude .
Maintenant , combien d'entre nous , à la lecture et la réflexion , ont investi sur des marchés de céréales haussières ?
passons à l'action !