Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 17:49

Plus personne n’est capable de donner de direction concernant l’économie, entre une reprise en V, en U, en L ou en W ; faites vos jeux, rien ne va plus.

Nous vivons donc une période sans précédent. Les licenciements aux E.U sont très rapides et très nombreux, mais les optimistes voient un ralentissement de la chute et sont même prêt à entrevoir le bout du tunnel d’ici la fin de l’année.

Les pessimistes, s’attendent à la sortie de nouveaux cadavres des placards des instituts financiers. Alors quelques éléments mis bout-à-bout pour essayer de voire ce qui se passe :

 

1-     le plan Geithneir (rachat des produits toxiques)

2-     les normes comptables (suspension de la règle « valorisation des actifs au prix de marché »)

3-     les stress tests des banques

 

La Chine constitue d’énormes stocks de pétrole sur le 1er trimestre 2009 (stocks de réserves stratégiques de 110 jours (c’est la 1ère fois).

Ce qui peut expliquer une partie de la hausse des cours du pétrole, et non une reprise réelle de l’économie en Asie comme annoncé partout sur les ondes radios et hertziennes. Si l’on fait un parallèle avec une matière première agricole, cela ne vous rappelle rien ? 

Alors vous séchez ? et alors, le SOJA

Les cours du soja viennent de flamber ces dernières semaines et notamment les huiles de palme. Coïncidence … C’est bien des réserves stratégiques de Soja et donc indirectement d’huile que la Chine met en place.

Autre élément troublant, l’OR, la Chine et oui toujours elle, vient d’augmenter ses réserves d’Or et va continuer de façon plus importante dès le début de l’année 2010.

 

Vous ne feriez pas un parallèle avec mes premières phrases ci-dessus ?

Et oui, on avait oublié l’Oncle SAM, ce fameux billet d’1 dollars.

Alors quelle relation me direz-vous ? Eh bien, il me semble que si ces dernières années l’économie asiatique a tourné à plein régime, c’est bien parce qu’une grande partie de ce qu’elle produisait était consommé en partie par les Américains ; et ces derniers payaient ces achat en dollars.

Conclusion : les Chinois ne seraient-ils pas en train de se débarrasser secrètement de leur montagne de dollars accumulés ces dernières années avant que la nouvelle politique américaine ne vienne réduire fortement la valeur de cette montagne colossale du Dieu Dollars.

 

Vous me direz « Claude » que vient faire cette analyse en plein milieu des analyse chartiste sur les « céréales » et aux « commodities agricoles ».

Alors, j’ai aussi appris vendredi dernier à la conférence sur la finance et l’économie, que la hausse du pétrole de 2007/2008 était avant tout liée et essentiellement liée à la SPECULATION pour 85 % des échanges ; 83 à 87 % des échanges de contrats sur le NYMEX n’allaient pas à terme, d’après l’économiste spécialiste des matières premières qui était présent, cela s’appelle de la spéculation. Et que nous ont dit nos chers médias, que c’était avant tout la Demande qui faisait exploser le prix. J’étais d’accord jusqu’à 80 $, mais ensuite pour moi, il n’y avait plus qu’une seule raison au regard de mon graphe, c’était l’analyse graphique qui pilotait au $ près les niveaux de prix du pétrole. Il m’aura donc fallu attendre

près d’un an pour avoir la confirmation (anécdote : le 22 mai 2008, j’avais parié une caisse de Champagne que les cours iraient à 147$ et ne dépasseraient pas ce seuil en clôture ; ce fut chose faites en juillet 2008) et pourtant je ne suis qu’un simple fils d’agriculteur et non un Texan.

Dans le même esprit, vous devez-vous demander comment j’ai pu annoncer dans mon article du 6 mars que nous allions assister à un retournement de tendance des marchés financiers dépassant l’entendement sur du C.T., l’élément de réponse

se trouve ci-dessous :

-         fin février, sur les ondes des radios économiques, nous avons pu entendre que les principales banques aux E.U (type : la Westargo Union …) allaient pouvoir faire état d’un bon 1er trimestre avec à la clé, des bénéfices. Cela dépassait l’entendement alors que la crise s’accélérait.

Une nouvelle fois, comment est-ce possible ?

La réponse est toute simple, il vous suffit de vous reporter au petit 2 au début de mon article.

Le changement des règles comptables déterminées par l’administration américaine lors de l’annonce des plans de relance. C'est-à-dire que vous n’évaluer plus les actifs des banques à leur valeur à l’instant T, mais vous éliminer d’un coup de gomme magique touts les actifs toxiques en attendant leur réintégration une fois la tempête passée.

Dans le jargon des chartistes, nous appelons cela sortir un « lapin de son chapeau ».

 

Fin de la 1ère partie, la suite demain et ses conclusions concernant l’avenir des cours de nos commodities agricoles (hors le Weather market bien sure).

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires