Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 11:03

Bon après 36h00 d'isolement sans toucher un micro-ordinateur ou Internet, je crois que je vais arrêter de faire mes analyses comme celles de mercredi soir sur le blé (c'est pour rire ...), car il se pourrait que je sois devenu comme ces experts de l'AT qui vous prédisent à tout bout de champ leur scénario ; il suffit de voir la chronique de "L'édito Matières premières" reçu dans ma boite mail jeudi matin titrant "Blé : est-ce le moment d'acheter".

Le problème c'est quand tout le monde pense à l'identique, on en perd son objectivité ...
Voir l'article ci-dessous publié par L'édito matières premières du 11/02/10 :


Blé : est-ce le moment d'acheter ?


Souvenez-vous. Le cours du blé touchait en février 2008 un record historique, à 14 $ le boisseau (saison 2007/2008). Pour ensuite chuter jusqu'à 4,40 $.
Jamais la planète n'a produit autant de blé !
Pour bien comprendre la dégringolade du blé depuis ses plus hauts, il vous faut déjà savoir que la saison 2008/2009, qui s'est terminée l'été dernier, a été exceptionnelle. Et je pèse mes mots...
Jamais la planète n'avait produit autant de blé !
La météo a été clémente. Et les plantations pléthoriques (l'envolée des cours en 2008 à des niveaux historiques a poussé les agriculteurs, en quête de profits, à planter beaucoup de blé, au détriment d'autres cultures).
Tout cela tombait à pic, car le stock mondial avait besoin d'être urgemment renfloué
L'offre dépassant la demande de blé, le matelas de sécurité a pu être reconstitué.
Inutile de vous dire que cela a supprimé la pression sur les cours qui existait.
Voilà pour la saison 2008/2009.
Passons à la saison 2009/2010, actuellement en cours et qui termine à la fin de l'été prochain.
2009/2010 : rebelote ? Oui !
La saison en cours est très bien partie.
Les analystes ne cessent de revoir à la hausse leurs prévisions de production mondiale.
On s'attend à une production mondiale de 674 millions de tonnes de blé.
Parallèlement, la demande devrait tourner autour de 647 millions de tonnes.
Une fois encore, le marché va être largement excédentaire
De quelque 25 millions de tonnes. Ce n'est pas rien.
Le niveau de stock mondial sera relevé d'autant... pour la seconde année consécutive.
La situation n'a plus rien à voir avec ce qu'elle était il y a deux ans. A cette époque, l'offre était insuffisante -- pour cause de météo destructrice sur les grandes régions productrices. La demande n'arrivait pas à être satisfaite. Et le stock mondial était presque vide.
Fondamentalement, il n'y a aucune raison de voir le cours du blé bondir
Dans les mois qui viennent j'entends.
Et pour la saison 2010/2011 qui s'ouvrira au début de l'automne ? Tout dépendra comme toujours de Dame météo et de ses caprices.
Mais que les choses soient claires : même en cas de souci climatique, les stocks étant renfloués, la pression haussière sur les cours serait moindre qu'en 2008. Si le marché devait devenir déficitaire, on pourrait ponctionner le stock pour satisfaire la demande.
Que dit le graphique ?
Il ne fait que confirmer la situation fondamentale : le cours du blé évolue à des niveaux très bas.

Des échappées systématiquement avortées
Alors certes, si on regarde le passé récent, les cours ont tenté une échappée sur octobre/novembre. Sans succès.
Puis une nouvelle sur décembre. Mais le cours du blé s'est heurté à l'oblique qui faisait office de résistance (en bleue sur le graphique). La tentative fut vaine.

L'or blond voit rouge
Pire, le cours est ensuite venu enfoncer en janvier l'oblique qui servait de support (en rouge) ainsi que le support psychologique des cinq dollars le boisseau. Déclenchant un signal de vente fort qui a propulsé le cours violemment à la baisse.
Le cours va-t-il se reprendre ?
Le MACD semble vouloir repasser au-dessus de sa ligne de signal, et le RSI est proche de la zone de survente et se retourne lui aussi. Deux éléments rassurants.
Il faut dire qu'avec un cours de 4,67 $ atteint vendredi, nous ne sommes plus très loin du point bas maximum de 4,40 $.
En clair et sans décodeur, le potentiel de baisse est épuisé
Maintenant, il est évident que pour qui sait attendre, entrer au cours actuel sur le blé est certainement une bonne idée.
Car même si les cours du blé ne redécollent pas fortement dans les prochains mois, la hausse des cours sur les prochaines années est inévitable (long terme).
Démographie galopante, surfaces agricoles en diminution, bioéthanol et hausse de la consommation de viande avec l'enrichissement des émergents (deux sources nouvelles qui "captent" une partie toujours plus importante de la production)... tout y est. Et je ne parle pas des aléas climatiques, qui iront en se multipliant avec le réchauffement de la planète.
A savoir avant de vous lancer
Comme le blé est libellé en dollar, vous avez le gain de change avec vous sur les prochaines semaines puisque le billet vert est dans une tendance haussière actuellement. Pas la peine de prendre un certificat Quanto (qui neutralise le risque de change).
A plus long terme toutefois, lorsque le dollar reprendra sa tendance de fond baissière, optez pour un certificat qui neutralise le risque de change.
Quant à la structure des prix du marché à terme, elle est certes en contango (plus l'échéance du contrat à terme est lointaine, plus le prix grimpe). Mais la prime entre les deux premières échéances est très faible (3%). Ce qui n'altèrera pas trop le rendement de votre certificat blé (qui, je vous le rappelle, est une fraction d'un contrat à terme).



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Claude 16/02/2010 23:25


Des volumes importants sur le Certificats 4719S de la SG pour le Wheat ainsi qu'un volume respectable pour le 1171N.


GO 14/02/2010 19:48


Je pense que ces soi-disant experts n'ont commencé à s'intéresser aux matières premières agricoles qu'en 2007/2008. En effet, si ils considèrent comme un point bas 4,40 $ le boisseau à Chicago, ils
devraient revenir aux années 2004//2006 (c'était il n'y a pas si longtemps), on était à 3 $ soit un potentiel de baisse de 30 % supplémentaires. Quant aux problèmes de la Grèce qui pourrait ajouter
de la pression sur l'euro (et donc favoriser les prix libellés en euro), je pense que si "le monde" s'inquiète de la solvabilité de certains pays, cela n'aura rien d' haussier sur les matières
premières.
Slts


jfb 12/02/2010 22:10


sur le terrain la guerre des prix est lancee entre les OS;LES ACHETEURS "COOP" ONT LES DENTS LONGUES maintenant qu'ils n'ont plus a justifier l'equite entre adherents(ce jour orge brasserie134 POUR
2010 2011 par exemple) d'autre conseille de ne pas en semer ???? cool la vie


Claude 16/02/2010 15:12


A 100€/t, il est clair que la question est posée concernant la rentabilité de cette culture et donc le semis de cette céréale.

Concernant l'orge de brasserie à 134€ pour 2010 (soit + 30% par rapport à 2009) un élément m'échappe.


bouvier27 12/02/2010 18:36


cela resume ce que je vous ai transmis comme article sur money week


Claude 16/02/2010 15:13


Bonjour Bouvier27,

Désolé, j'étais à la rue ces derniers temps.
Je vais prendre le temps de lire ton article et d'y ajouter un commentaire.