Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 21:24
La saison des semis de blé en France est pratiquement terminée, et la première tendance qui se dégage, est une légère augmentation des surfaces, ce qui se conçoit aisément avec un marché des orges totalement déprimé.

J'attends donc vos remontées terrain pour savoir si mes infos sont correctes.

Un élément m'a été rapporté lors de mon déjeuner d'affaire de mercredi midi, je vous le livre tel que je l'ai compris :
prenant le marché de l'orge brassicole (avec un retour en arrière) en 2006, vous n'êtes pas agriculteurs mais collecteur et en prise direct avec les malteurs, que faites-vous ? sachant que le context est le suivant : un marché de la consommation de la bière en pleine expansion grâce aux consommateurs chinois et indiens, donc en tant qu'industriel que faites-vous ?
C'est très simple, je vous donne la recette vieille comme le monde, ou comme érode (allez un petit secret en passant) :
préambule : vous êtes sur un marché porteur et en pleine croissance
Vous donnez l'ordre de contractualiser sur une base de 10% de vos besoins des contrats d'un montant de + de 20 % par rapport au prix de l'année précédente. Et que se passe-t-il sur le terrain ? Le bruit court que l'orge brassicole qui était à un prix peu attractif , se retrouve dans l'esprit des agri avec des $ plein les yeux.
Et l'année suivante, vous faites quoi ?  Vous foncez tête baissée sur les surfaces d'orges de printemps brassicoles. Que se passe-t-il ? Une quantité importante arrive sur le marché, mais comme la demande est forte, les prix se tiennent, donc rebelotte l'année suivante avec de nouveau une hausse des surfaces. Et là vous me voyez venir gros comme un camion.
Et bien Oui, le grand gagnant est ... le malteur et donc l'industriel, car le marché est engorgé et donc inévitablement les prix payés à l'agriculteur chutent de façon vertigineuse et comme le panpon dans l'histoire est qu'il n'y a pas de cotation basée sur un marché à terme, l'industriel on a pour 2 à 3 ans de marchandises à un prix défiant toute concurrence.

Et pour couronné le tout, comme en même temps vous êtes occasionnellement un consommateur de bières, vous aurez constaté comme moi que le prix de la bière a continué à monté. Là, je dis CHAPEAU L'ARTISTE.

Tout cela pour vous dire, que les surfaces de blé vont augmenter et que les surfaces d'orge brassicoles vont baisser.
J'attends donc que vous m'annonciez le contraire, je suis preneur pour le raisonnement.

Un petit coup d'oeil sur les cours du blé échéance janvier 2010 (RAS) :
(Volume = 4 000 lots lundi, 6 000 mardi,  près de 12 000 mercredi et 6 500 ce jeudi)



Au fait, on est bien d'accord, tout ce que vous venez de lire n'est que pure fiction et ne saurait ce confondre avec la réalité. Sur ce, bonne réflexion (je sens que je vais encore m'attirer les foudres des ...)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

paysannature 12/11/2009 17:39


ma petite contribution pour ajouter que les conditions d'implantation des cereales cette automne en france peuvent laisser entrevoir un trés bon potentiel pour la récolte 2010 sauf bien sur
accident climatique sérieux cet hiver


Renaud 08/11/2009 16:28


Bonjour à tous,

Juste un petit mot d'un utilisateur de farine.
Les boulangers sont soumis à d'autres charges que la farine et toutes n'ont pas baissé.
Evidemment, la hausse du blé a souvent été évoquée pour la hausse du pain. Cependant, les boulangers n'achètent pas du blé mais de la farine. Entre vous et nous, il y a des meuniers, souvent des
entreprises 100, 1000 ou 10000 fois plus grande que l'artisan, qui fait son prix en fonction de ses conditions économiques.

La baguette de pain n'est pas coté en bourse, on achète pas de la farine à terme sur Euronext ou le CBOT. Toutes ces fluctuations posent plus de problèmes qu'elles n'en résolvent pour l'utilisateur
final. Le prix du pain n'a pas vocation à varier beaucoup, surtout pas à la baisse.


Claude 10/11/2009 11:52



Bonjour Renaud,


Je serai intéressé de rentrer plus en profondeur dans cette discussion, d'autant plus qu'il me suffit de prendre un peu de mon temps et de dialoguer avec une personne de mon club de ping pong.


Cette personne est avant tout du côté des chiffres et depuis plus de 20 ans dans le milieu professionnel de la boulangerie.
Alors au vue de votre remarque, je pense que l'on peut faire bénéficier d'une information clair et précise sur ce sujet au combien important aux yeux des professionnels de l'agriculture que nous
sommes.

Remarque à Philippe: j'ai supprimé votre message, car je souhaite que la courtoisie reste de mise sur ce blog (le vocabulaire de la langue française est assez riche pour éviter quelques abus de
language). Merci de votre compréhension.



Dundee 06/11/2009 22:45


Bonsoir a tous, pour ma part c'est 10% de blé en plus pour 2010, colza +1.5%, pas de protéagineux et betterave -5% il n'y aurai pas de contrat UNA pour 2010. Je n'ai pas cherché a avoir la prime a
la diversité, par crainte de me voir obligé a faire des pois , sachant que c'est un financement par enveloppe fermé,que le prix des pois et des féveroles baissent, perso je verrai bien les pois a
110€/t l'an prochain,Noriap ne propose pas de contrat pois adossé matif+60€ a ses adhérents en disant clairement que Roquette ne propose rien, ce dernier étant un gros consomateur de pois pour son
industrie d'amidon.
A bientôt Claude et merci pour le site.


Malus 06/11/2009 22:13


Bonsoir Nico,
Je suis parfois en contact avec les meuniers qui ont baissé leurs prix depuis 1 mois (contrairement aux boulangers, sans rapport avec votre cousin ;).
Maintenant, si vous avez vu une facture à 630€, vous n'avez sans doute pas rêvé. Le meunier en question, lui, a sans doute mal acheté sur la récolte 2008 !...
Quoiqu'il en soit, entre un moulin qui écrase 300 KT de blé par an et un second qui en écrase 5000 (environ les 2/3 en France), comment réagir ?......
Bonne soirée


nico 06/11/2009 19:25


bonsoir malus, j ai un cousin boulanger dans une grande ville.au mois de mai 2009, il payait sa farine (la plus banale) 630 €/t!!Sans parler de celles utilisées pour les pains spéciaux à la
mode.
cela vous dérange peut etre mais c 'est une certitude.Cordialement.