Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 18:14

La ministre russe de l'Agriculture Elena Skrynnik a indiqué dimanche à Saint-Pétersbourg que la Russie souhaitait augmenter de manière conséquente le volume de ses exportations de céréales. Pour ce faire, Moscou table en priorité sur l'augmentation de sa part de marché, voire sur le réchauffement climatique ?

Rappelons que 50 à 60 pays consomment des céréales russes. Parmi les nouveaux clients de la Russie : le Japon, alors que des négociations sont en cours avec le Brésil.

La Russie entend porter le volume de ses exportations de céréales à 40-50 millions de tonnes dans les 10 à 15 ans à venir. Ce sont en effet la cible mise en avant par la Ministre russe de l'Agriculture ces dernières heures.

Le Kremlin se fixe parralèlement comme objectif de déténir à cette date 20% du marché mondial.

Evoquant les perspectives de création d'un pool céréalier dans le bassin de la mer Noire, regroupant la Russie, l'Ukraine et le Kazakhstan - principaux exportateurs de céréales dans l'espace post-soviétique - Mme Skrynnik a indiqué pour sa part que la part de marché d'une telle union commerciale pourrait se monter en perspective à 30-35%.

"Les positions que nos pays ont conquis ces dernières années sur le marché doivent être confortées par de sérieux investissements dans l'infrastructure afin de jeter de solides assises pour la compétitivité à long terme des céréales venant de la région de la mer Noire", a par ailleurs indiqué Elena Skrynnik.

Début mai, le président de l'Union céréalière russe, Arkadi Zlotchevski, avait annoncé que la Russie pourrait exporter des quantités record de grains sur la période 2008-2009. Selon ses estimations, les exportations russes de céréales pourraient atteindre plus de 20, voire 21 millions de tonnes, d'ici le 1er juillet, date à laquelle s'achève l'année agricole en cours. Les premières prévisions tablaient quant à elles sur une fourchette de 18-19 millions de tonnes.

Rappelons que le record précédent remonte à la période 2002-2003, lorsque la Russie avait exporté 15,8 millions de tonnes de céréales. En 2007-2008, les exportations céréalières russes se sont chiffrées à 13,6 millions de tonnes.

Selon M. Zlotchevski, la récolte globale russe en 2009 est attendue à hauteur de 100 millions de tonnes contre plus de 108 millions de tonnes en 2008, lequel constituait d'ores et déjà un record après 1992.

"La Russie est le quatrième exportateur de grains dans le monde, après les Etats-Unis, l'UE et le Canada. Notre objectif consiste à nous hisser au deuxième rang au moins dans les années à venir", a-t-il indiqué.

Les moyens mis en oeuvre ? La Russie est en train de devenir un leader mondial pour le développement de l'agriculture, si l'on croit le premier vice-premier ministre russe Viktor Zoubkov, président du comité d'organisation du Forum céréalier mondial de Saint-Pétersbourg, lequel s'achève dimanche.

"Les perspectives d'accroissement des volumes de production, notamment de production de céréales, sont plus importantes en Russie qu'ailleurs", a indiqué devant les journalistes M.Zoubkov.

Comment ? Notamment via la Sibérie .... comme quoi le réchauffement climatique n'a pas que des inconvénients ...

L'augmentation des livraisons de blé russe vers la région Asie-Pacifique pourrait en effet contribuer au développement de l'agriculture sibérienne, déclarait à la mi-mai à Saint-Pétersbourg le premier vice-premier ministre russe.

"Un de nos principaux objectifs est d'assurer l'offre là où la demande existe. Nous estimons à cet effet qu'il faut augmenter nos livraisons de céréales vers les pays de la région Asie-Pacifique. Elles seront facilitées par la spécificité territoriale de la production céréalière. La Sibérie russe est réputée pour produire de bonnes espèces de blé", a ainsi indiqué M.Zoubkov.

Selon lui, les livraisons pourraient stimuler non seulement la production agricole des régions méridionales de la Russie, mais aussi celle de la Sibérie. "La Sibérie peut devenir une puissante région capable de produire suffisamment de blé de haute qualité", avait-il ainsi déclaré.

Sources : Ria Novosti / Le blog finance 7/06/10

Partager cet article

Repost 0

commentaires

grandEST 20/06/2010 12:14


quelquechose de tres important pour la partie bourse




RUMEURS
Matières premières : les trackers innocentés
Dernière mise à jour : le 18/06/2010 à 15:34

Une étude publiée par l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) tendrait à prouver que le succès des placements indexés sur les prix des matières premières, trackers en
tête, n'est en rien responsables de la formation d'une bulle spéculative sur les marchés de matières premières.

Fonds de pension, banques et épargnants ne seraient donc pas à l'origine de l'envolée des prix de ces classes d'actifs, du pétrole au soja, particulièrement en 2008.

Au contraire, les capitaux investis dans ces marchés auraient contribué à améliorer leur liquidité. Cette recherche effectuée par deux universitaires américains mandatés par l'OCDE porte sur la
période mi-2006 à 2009.

Ses conclusions tombent à point nommé, alors que le Congrès américain s'apprête à légiférer dans le sens d'une limitation des positions des traders en produits dérivés de matières premières.


ced 19/06/2010 19:53


La Russie serait meme en train de creuser un canal de très gros porteurs ( + 60 000 t ) pour redescendre ses cereales dans le bassin mediterranen et alimenter tous les pays s'y trouvant dont
l'Egypte .


theoden 19/06/2010 19:48


Le seul moyen de lutter contre ces importations sera t il l'augmentation des couts de transports ?
vive le baril à 150 euros ????