Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 11:16

Les prix d'achat du blé ont grimpé depuis la deuxième décade du mois de juin, ce qui indique une nouvelle hausse générale des prix de céréales en Chine, une hausse qui touche et bouleverse directement le nerf sensible de l'inflation. Un responsable concerné du Bureau d'Etat des Céréales a accordé à cet effet, le 19 juillet courant, une interview exclusive à un correspondant de l'Agence de presse Xinhua (Chine Nouvelle) et il a déclaré que les réserves céréalières chinoises se trouvent actuellement à un niveau relativement élevé et qu'elles sont plus que suffisantes pour assurer l'approvisionnement du marché intérieur.

Des capitaux étrangers se jettent dans la « bataille d'achat de céréales ».

Malgré les calamités naturelles qui n'ont cessé de s'abattre sur de nombreuses régions de la Chine, toutefois, le volume global de la production des cultures céréalières estivales de cette année a quant même atteint 246,2 milliards de jins (unité de poids chinois = 0,5 kilo), soit 123,1 milliards kg, ce qui est seulement une diminution de 800 millions de jins (400 millions de kilos) par rapport à l'année dernière et la troisième des meilleures récolte dans toute l'histoire. En dehors de la Chine, d'autres principaux pays exportateurs de céréales, dont la Russie et certains pays européens, ont été également frappés par des catastrophes naturelles et leur production céréalière a connu une légère baisse. Avec la hausse vertigineuse ces derniers temps des prix du blé, les prix à terme se sont accrus de 30% en moins d'un mois et ont battu tous les records de ces treize derniers mois.

Ce qui mérite toute notre attention, c'est que certaines entreprises à capitaux étrangers se sont introduites dans les rangs des « acheteurs de céréales » et commencent à disputer avec CGRC (China Grain Reserves Corporation). Kerry Yihai Investment Co, Ltd (YHK Groupe), une entreprise qui se charge spécialement d'achats de produits céréalier et oléagineux et qui dépend de Wilmar International, une entreprise agroalimentaire de droit singapourien et l'une des plus importantes agro-entreprises d'Asie, s'est installé officiellement dans la région du grenier de la Plaine centrale (bassin des cours moyen et inférieur) du Fleuve Jaune. Lors des trois grands travaux d'été (moisson, plantation et entretien des champs) de cette année, Kerry Yihai a pour la première fois participé aux achats de céréales au Shandong, à Shijiazhuang et dans plusieurs autres régions et les prix d'achat qu'il propose sont plus élevés que les prix courants du marché et en général 0,05 yuan environ pour un demi-kilo.

Les analystes pensent en général qu'avec la présence accrue de sujets aux achats politiques, et surtout avec l'apparition de certaines grandes entreprises publiques, dont China Oil & Foodstuffs Corporation (COFCO) et China Grains & Logistics Corporation (CGLCO), ainsi que de certaines entreprises à capitaux étrangers représentées par Kerry Yihai, lesquelles s'efforcent de s'introduire dans le marché chinois d'achats de produits céréaliers. Les achats concurrentiels risquent d'entraîner la hausse des prix de céréales.

Les capitaux secouent et bouleversent les prix de céréales.

La grande bataille ayant pour but d'acheter les céréales provoque directement la hausse des prix d'achat qui deviennent ainsi plus élevés que les prix recommandés par l'Etat (prix de protection minimum fixé par l'Etat) et cela ne s'était jamais produit jusqu'ici. On peut citer la Province du Jiangsu comme exemple. Vu des prix d'achat, pour un jin, ils sont plus élevés de 0,08 yuan environ par rapport aux prix d'achat recommandés par l'Etat pour le marché et une hausse de près de 0,11 yuans par rapport à l'année dernière. Du fait qu'il existe une violente espérance de hausse des prix, les paysans ont de plus en plus du regret et de la répugnance à vendre leurs céréales. En réalité, depuis le commencement des achats du blé, les prix du marché ont été toujours plus élevés que les prix d'achats fixés par l'Etat. Cependant, la répugnance manifestée par les paysans, qui espère toujours une hausse des prix, pour vendre leurs produits céréaliers fait que dans de nombreux endroits, ce sont les acheteurs qui attendent l'apparition de vendeurs.

Pour ce qui est de la hausse des prix de céréales, le responsable du Bureau d'Etat des Céréales a avancé les deux principales raisons suivantes : l'une c'est l'apparition cette année d'intempéries qui font que les conditions climatiques ont été détestables et extrêmement anormales ; l'autre, c'est qu'avec la tendance à la hausse des prix dans leur ensemble à l'intérieur du pays, on s'attend à ce que la même chose se produise dans le domaine de la culture céréalière. Quant à Yang Jianwen, Directeur de l'Institut des études économiques de l'Académie des Sciences sociales de Shanghai, il a accepté de répondre aux questions posées par un correspondant de《Global Finance》et il a indiqué que la circulation du capital en est une autre importante raison. Il a fait remarquer qu'à l'heure actuelle, l'Etat accentue ses efforts en vue du réajustement structurel industriel, que le marché immobilier et les industries à haute consommation d'énergie font l'objet d'un contrôle régulateur de sa part, que les fonds qui y sont retirés sont à la recherche d'autres voies d'investissement, tandis que pour le marché des produits agricoles, compte de sa petite envergure et de la facilité de ses opérations, il devient la meilleure destination pour cette partie de fonds en retrait.

Selon Yang Jianwen, la hausse des prix des céréales est en fait le résultat des effets produits en commun par le coût de revient, les facteurs du temps ainsi que la politique du contrôle macroéconomique. Il a insisté sur le fait que la hausse des prix des céréales est due d'un côté à la croissance considérable du coût de revient de la production agricole, alors que le coût d'approvisionnement de certaines entreprises augmente en même temps ; et de l'autre côté, la grande sécheresse et la persistance du froid printanier ont été extrêmement défavorable à la culture céréalière.

Un risque inflationniste pas tellement grand.

Certains spécialistes en matière du marché pensent que les prix céréaliers continueront à augmenter durant la deuxième moitié de cette année, mais qu'avec l'apparition sur le marché de nouveaux produits céréaliers et avec la croissance de l'approvisionnement en céréales, les prix des céréales commenceront à se stabiliser petit à petit.

Les personnalités du milieu imaginent qu'avec la hausse des prix des céréales, les anticipations inflationnistes augmentent sans cesse parallèlement. Toutefois, Yang Jianwen a indiqué qu'à l'heure actuelle, les réserves céréalières du pays sont suffisantes et si l'on ajoute les mesures de contrôle macroéconomique appliquées à l'encontre des produits agricoles, il sera fort possible que l'inflation puisse être écartée. Auparavant, les spéculations sur l'ail et sur l'haricot vert ont été dues au retrait de fonds du marché immobilier et du marché boursier pour se concentrer provisoirement sur des produits en grande quantité. « Malgré que l'inflation est souvent provoquée par les prix des produits agricoles, mais comme la situation économique est toujours floue et peu claire à l'heure actuelle, il est pratiquement impossible que les prix continue à augmenter excessivement. »

La professeur Pen Lizheng, de la Faculté de gestion et d'exploitation de l'Institut des Sciences commerciales de Shanghai, a indiqué de son côté qu'il existe effectivement pas mal de facteurs indéterminés quant aux prix des céréales pour le troisième trimestre de cette année, toutefois, il n'y aura pas tellement d'espace laissé pour cette hausse de prix, alors que les prix internationaux de céréales connaîtront une baisse parallèlement. En considérant la situation actuelle, la sécheresse et l'inondation constituent effectivement une certaine menace pour les prix céréaliers, mais comme la plupart des principales provinces productrices de céréales n'ont pratiquement pas souffert de ces calamités naturelles, il n'y aura certainement pas de grandes fluctuations quant à la production céréalière.

 

Source: le Quotidien du Peuple en ligne  du 23/07/10

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AJA89 02/08/2010 15:52


le riz MMMmmm c'est excellent ! surtout quand il fait +9%...


grandEST 02/08/2010 13:32


c'est plus le riz les chinois ...


philippe 02/08/2010 11:30


".........dont la Russie et certains pays européens, ont été également frappés par des catastrophes naturelles et leur production céréalière a connu une légère baisse".

ah ah !! j'aime bien ça .