Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 10:11

Le marché fait une pause en ce début de semaine avec très peu de statistiques d'importance à se mettre sous la dent.

Pourtant, sur le Forex, la nervosité reste palpable et l'incertitude règne désormais en maître, après quelques semaines de tendance claire.

Quand je me penche sur l'actualité financière, c'est étrange, j'ai cette désagréable impression de déjà-vu. Des chiffres tronqués, des velléités de reprise par la consommation, des inquiétudes toujours aussi lancinantes... Cela ne vous rappelle rien ? Moi si.

◊ Les chiffres du chômage US, trop beaux pour être vrais
C'est en tous cas ce que Stephen Roach, le directeur Asie de Morgan Stanley, pense des chiffres du chômage américain qui a permis aux indices de s'envoler vendredi dernier. Les non farm payroll, ont en effet surpris les analystes avec "seulement" 36 000 destructions contre 50 000 attendues. Le taux de chômage officiel est donc ainsi passé de 9,8 à 9,7% prenant apparemment une tendance à la baisse.

Pourtant, M. Roach, interrogé par CNBC, estime ces chiffres dangereusement faussés par les trois millions de personnes ayant renoncé à chercher un emploi dans la conjoncture actuelle et n'apparaissant donc plus dans les registres statistiques.

Avec ces chômeurs supplémentaires -- non comptabilisés --, l'économiste estime que le taux de chômage réel est plutôt vers 11,5% aux Etats-Unis. On nous ment donc sur les chiffres et les risques, cela ne vous rappelle rien ?

◊ Que tout reparte comme avant !
Et comme je l'évoque depuis quelques semaines maintenant, c'est désormais la consommation qui va devenir la clé de voûte pour la suite des événements.

En effet, le seul moyen de faire démarrer la machine économique est la consommation. Aucun changement structurel n'ayant eu lieu contrairement à ce que l'on veut nous faire croire, la seule solution pour sauver la situation à cour terme est... que tout reparte comme avant.

Un consommateur qui consomme, des entreprises qui produisent pour le satisfaire, des emplois qui se créent pour répondre à la demande et des banques qui font crédit pour que le consommateur ne s'arrête pas... Cela ne vous rappelle rien ?

◊ Des raisons de s'inquiéter
Il y a deux types de consommateurs qui nous intéressent aujourd'hui.

Le consommateur américain qui tirait l'économie à lui tout seul pendant toutes ces années et le consommateur chinois qui, lui, est en devenir.

Le premier est au chômage ou a la peur au ventre de perdre son emploi, criblé de dettes et au mieux doté d'une épargne anémique voire inexistante pour la plupart.

Le second a la réputation d'avoir une solide épargne et pourrait nous prédire un avenir radieux.

Seulement voilà, les disparités sont encore grandes dans la population chinoise et l'explosion du crédit aux ménages commence à devenir très inquiétante. Ainsi, ceux qui empruntent ne sont pas ceux qui ont épargné ou épargnent encore. La volonté des autorités chinoises de durcir la politique monétaire n'y changera rien, et au contraire, pourrait provoquer l'accélération de la machine à bulles.

Selon Wei Gu de Breakingviews, avec un bond de plus de 40% en 2009, le crédit aux particuliers chinois pourrait approcher à ce rythme les 70% du PIB sous 2 à 3 ans... proche du niveau des Etats-Unis... Cela ne vous rappelle rien ?

Source : un extrait du Billet du trader 10/03/10 sur l’€/$



On réponse à jfb suite à votre commentaire d’hier soir,

Tellement de choses sont à développer pour y voir plus clair.
Par contre, j'ai peur que beaucoup d'entre nous, à commencer par nos dirigeant refuse de voire la réalité en face.
Petite anecdote, de fin de semaine dernière avec mon Maître (c'est à dire mon père); comme tout bon agriculteur en retraite ayant su entreprendre (c'est à dire partir de 0 en ce qui le concerne, pour construire une exploitation agricole viable aujourd'hui en une seule génération), il a placé une partie de ses économies sur différents supports, dont des Sicav actions.
Je lui ai fais dégager moitié de son portif lorsque le CAC40 a atteint les 4080 points mi-janvier 2010. Il reste donc l'autre moitié à liquider.
Et bien vendredi soir, lorsque nous avons fais notre point quotidien, il était surpris que la hausse se soit accélérée vendredi après midi. Sur ce, je lui ai répondu : "que par magie ou enchantement, ils (les ricains) nous avaient sortis une magnifique statistique sur l'emploi "

On en a rigolé de bon coeur (notamment à la vue de mon tracé du graphe sur le CAC40 (mécanique bien huilée entre support et résistance) et là, je peux vous garantir que le HASARD n'existe plus.

Concernant la stat sur l'emploi, un enfant bon en calcul mental peut rapidement démontrer par A + B la supercherie de cette stat.
Mais ce n'est pas grave, car il faut que cela monte (les indices boursiers bien sûr) pour soutenir le nouveau Château de carte.



Partager cet article

Repost 0

commentaires