Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 10:35

P1010433.jpg Bonjour à toutes et à tous,

 

Je sais qu'avec des températures élevées, nous avons le cerveau qui fonctionne beaucoup moins bien car moins ventilé, mais le matin, je reste opérationnel pour continuer à essayer de vous éclairer dans la mesure de mes modestes moyens de passionné des marchés des céréales. Alors voilà, vous trouverez ci-dessous ma réponse concernant une question cruciale posée par Ced.

 

 

"Clairement Claude ,
Penses tu qu'il serait prudent de vendre une partie de sa récolte ( puisque nos couts de production sont couverts )en prenant des options ou bien attendre encore ?"

 

Bonjour Ced,

 

C'est une question très importante et qui va revenir de plus en plus souvent de votre part dans les années à venir, car les données peuvent évoluer très rapidement, même si lorsque l'on s'implique (comme je le fais gracieusement) fortement dans le suivi des tendances, il me semble que le suivi du riz sur les marchés asiatiques pouvait vous mettre la puce à l'oreille. Il est vrai que certains experts ont fait vendre une partie de votre récolte sur le printemps 2010 et une nouvelle fois comme au printemps 2007, le train gravit la montagne sans vous.

Le problème des options aujourd'hui, est qu'elles commencent à être moins bon marché et que de ce fait le choix est encore plus délicat.

Certains vont dire, nous sommes dans le désert, nous marchons à la recherche d'une oasis et d'un seul coup apparaît un mirage ! de l'eau, vite, vite j'ai soif.

Là est toute la question, à partir du moment où en tendance de fond, les stocks en blé étaient important, ils ne peuvent pas avoir fondu comme neige au soleil. Mais d'un autre côté, dans un contexte de crise économique, cela arrangeait tout le monde, à commencer par les transformateurs d'acheter de la marchandise à des prix très bas, sachant que de l'autre côté, du côté du consommateur, les prix n'avaient pratiquement pas baissé. Alors à qui profite la manoeuvre ?

Aujourd'hui, il me semble que le climat permet de rééquilibrer un tant soit peu la balance vers un juste prix qui pour moi se situe aujourd'hui entre 140 et 180€/t.

Alors à vous maintenant de faire le bon choix, sachant que je ne serais pas contre un petit pourcentage sous quelque forme que ce soit de votre réussite.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

benoit 12/07/2010 06:32


J'ai l'habitude de dire que le revenu agricole est le résultat d'une équation à 3 inconnus: charges - prix - rendement.
Pour les charges, je suppose que tout le monde les connait (si non inutile d'aller + loin), sans entrer dans le détail des charges de structure qui elles varient assez peu.
Pour le rendement, il suffit de prendre la moyenne quinquénale (Mike à raison, pas le rendement qu'on espére faire et qu'on fera 1 année sur 10 !)
Ceci étant fait, le prix sera ainsi + facile à fixer grace au matif.

Une maniere simple de procéder est de prendre un niveau de marge brut (hors DPU) qui correspond a une année correct en terme de revenu.


starmike 11/07/2010 23:48


"Je connais pas mon rendement". mais comment je fais? D'abord arrêter de paniquer. Ensuite, prenez une hypothèse de rendement très prudente et ca vous guidera. La réponse magique n'existe pas, il
faut faire preuve de bon sens.


xavier 11/07/2010 22:45


Bonjour à tous, je suis d'accord avec phil, à partir de quand considérez vous que vos coûts de production sont couverts tant que vous ne connaissez pas votre rendement ? je pense que tant que ce
critére reste inconnu, il est très difficile de prendre une décision cohérante...


JL08 11/07/2010 18:15


bonjours Claude,
dans le rapport USDA surles stoks, une rumeur?????une quantite non negligeable de ble abritant des indesirables dans les pays de l est,ansi q aux USA mycotoxines sont comptabilisee dans les stoks
;as tu entendus?
dans les biocarburants:les normes de receptions sont srictes(insectes ergo) pourrais tu confirmer ou pas en
attendant,merci pour les commentaires


benoit 11/07/2010 10:41


Je rejoins GO dans ses constatations ! Je ne suis plus le seul...
Souvenez vous de 2006 ou les prix on chutés à cause des Ukrainiens qui malgré une mauvaise récolte, mais à cause d'un besoin de devise, ont exporté à prix cassé leurs blés !
La crise économique qui s'installe plus profondément de jour en jour, peut pousser ces pays à brader leur MP.