Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 22:42

Au premier abord, rien que de très normal dans la hausse continue, depuis deux mois, du cours du boisseau de maïs : le ministère américain de l'agriculture a revu à la baisse, mardi 10 novembre, sa production mondiale à 789,3 millions de tonnes, contre 792,54 prévus en octobre, ce qui dégonflerait de 3,8 millions de tonnes les stocks mondiaux.

Vendredi 13 novembre, le maïs à Chicago pour livraison en mars 2010 a atteint 405 cents le boisseau, soit 26,9 % de plus par rapport aux 319 cents du 4 septembre.

A y regarder de plus près, cette poussée est peu compréhensible. L'offre ne faiblit qu'à la marge alors que la demande se dérobe, car la récession a réduit les achats de viandes d'animaux - volailles et bétail - gavés au maïs. Il n'y a guère que la fabrication d'éthanol, annoncée à la hausse en raison des subventions américaines, qui réclame plus de grains. Sans compter que la récolte de blé, qui peut se substituer au maïs, est pléthorique. Autrement dit, les céréales abondent et leurs prix montent. Bizarre !

"Les céréales sont l'objet d'achats spéculatifs de fonds qui misent comme des malades sur toutes les matières premières, explique un analyste londonien, vexé de s'être trompé de A à Z dans ses pronostics. Les fondamentaux auraient dû pousser à la baisse, et c'est l'inverse qui se produit. Nous n'y comprenons plus rien. Pris à contre-pied, un certain nombre d'acteurs sur les marchés des céréales ont perdu gros."

En effet, les investisseurs ne s'embarrassent pas de finesse tactique, et se contentent de jouer les index de matières premières, qui incorporent en moyenne le maïs pour 5,2 %, le blé pour 4,7 % et le soja pour 5,1 %.

Automatiquement, leurs achats concernent des quantités respectables de céréales. Un exemple qui concerne le blé - qui s'est bien apprécié - illustrera l'irréalité de la situation. A Chicago, la récolte du blé "Soft Trade Winter" sur le marché est d'environ 400 000 boisseaux, mais les contrats à terme sur ce blé représentent... 1,7 million de boisseaux, soit 4,25 fois la récolte réelle !

"Et ça va continuer, soupire notre expert, car les banques centrales et les gouvernements ont tellement fait marcher la planche à billets avec leurs plans de soutien que les monstrueuses liquidités qui en ont résulté cherchent à se placer n'importe où. Les actions et l'or ne leur suffisent plus, et elles ciblent les céréales sans aucune logique autre que spéculative." Attention ! Bulles en formation.

Source : Le Monde du 14/11/09 Alain Faujas

Partager cet article

Repost 0

commentaires