Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 20:14

J'avais un objectif sur la parité €/$ à 1,37 sur une échéance à 4 semaines et c'est objectif est rejoint et même dépassé en 2 semaines. Je me répète mais plus les jours passent moins j'apprécie ce qui s'est passé lors de la dernière intervention de la FED au travers du discours de son président Ben Bernanke. D'ailleurs ce jeudi, la Tribune titrait : "Guerre des changes : les Représentants américains sanctionnent le yuan "manipulé" ", autant dire que nous sommes en train de vivre de nouvelles guerres, plus propres, plus indolores que celles du XXème Siècle, mais des guerres plus incidieuses où l'arme devient la finance, les troupes celles des réserves de changes, le champ de bataille celui des échanges mondiaux donc le commerce extérieur et les exportations en ligne de mire.

La France et l'U.E viennent de bénéficier d'une période clémente pour exporter nos céréales suite aux événements de cette fin d'hiver et du début de printemps avec les raids des Hedges Funds ayant fait le pari de ramener la parité €/$ vers les 1,1/1 (on se servant de la Grèce comme alibi). Mais les américains restent les américains le temps que la planche à billet puisse encore tourner un certain temps, ensuite ils aviseront. Mais là, ils ont sonné la fin de la récrée dernièrement et avec des moyens colossaux, ils font baisser leur Dieu Dollars à une vitesse se rapprochant de celle de la lumière. Cette manoeuvre leur permettant de reprendre la main sur le terrain des exportations. Cela tombe bien, car il y en a un qui c'est ouvert devant eux, c'est celui des commodities et plus particulièrement celui des commodities agricoles. Alors ils en profitent et comme certains l'ont évoqué, la qualité du rapport trimestriel sur l'état des stocks US et notamment sur celui du maïs est ramarquable à tout point de vue. Je suis d'accord, il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne souhaite voire ce qui se passe sous nos yeux, mais tout de même à l'heure d'Internet et de la Société médiatisé à outrance, ils ne reculent devant rien ; "même pas peur" comme disent les jeunes.

 

Alors notre pétrole dans tout cela, et bien il suit le mouvement sans brancher. C'est fou comme aurait dit la fameuse pub de l'eau pétillante à la TV. Alors que tous les économistes s'interrogent et s'arrachent les cheveux pour sortir des rapports essayant de nous rassurer sur le fait que le double dip ne se produira pas, donc que nous ne retomberons pas en recession, le cours du brut ou plus précisément du WTI sur le Nymex s'envole méthodiquement.

 

Voilà ce que l'on peut lire sur le site de la Tribune.fr de ce vendredi 1er Octobre 2010 :

 

" Le baril est repassé ce matin au delà des 80 dollars par baril. Sur le Nymex, le marché à terme américain, le baril de WTI  grimpe de 1 % à 80,57 dollars. Un mouvement qui semble plus lié au recul du dollar qu'à des motifs fondamentaux, puisque la demande de pétrole ne montre pas de signe de réveil brutal et que les stocks planent à des niveaux historiquement élevés.
Selon un rapport publié par Bank of America Merrill Lynch vendredi matin, la politique monétaire américaine pourrait continuer à soutenir le baril. Si la Fed décidait de continuer sa politique de « quantitative easing », qui revient à faire de la création monétaire pour racheter des bons du Trésor américain, le baril pourrait s'envoler de 6 % sur l'année 2011. En injectant entre 500 et 750 milliards de dollars dans l'économie, la Fed pèsera en effet sur la valorisation du dollar par rapport aux autres monnaies. Ce qui incite les opérateurs à acheter des matières premières comme l'or et le pétrole pour se protéger du recul du baril."

Source :  http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20101001trib000554784/le-recul-du-dollar-soutient-le-baril-de-petrole.html 

 

Un petit coup d'oeil sur le graphe du crude oil échéance Novembre 2010 ce soir à 21h00 :

 

Petrole-1-Octobre-2010.png

 

Autre info vue sur la Tribune .fr ce vendredi matin à 6h34 :

 

"  Hausse des prix du pétrole de 11 % en un mois

 

Les futures du brut ont terminé le mois de septembre sur un gain de 11,19%, le plus élevé depuis mai 2009. Ils inscrivent également leur meilleure performance trimestrielle depuis le quatrième trimestre 2009, les traders ayant réagi aux solides statistiques américaines de la journée. Les cours du brut ont également été soutenus par une grève en France qui touche les ports.

La séance a été instable, en cette fin de mois et de trimestre, d'autant que l'échéance des contrats sur les produits raffinés d'octobre approche également. Le contrat de novembre a gagné 2,11 dollars, soit 2,71%, à 79,97 dollars le baril, après un pic en séance de 80,18 dollars, au plus haut depuis le 11 août.

Sur l'ensemble du mois, le brut gagne 8,05 dollars, soit 11,19%. En mai 2009, il avait pris 15,19 dollars, soit 29,7%. Sur le trimestre, il avance de 4,34 dollars, soit 5,74%. Au dernier trimestre 2009, il avait gagné 8,75 dollars, soit 12,39%."

Source : http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20101001trib000554744/hausse-des-prix-du-petrole-de-11-en-un-mois.html 



Je reviendrai demain sur le cours du Colza.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

paysannature 05/10/2010 08:37


opep = organisation des pays exportateurs de pétrole

pourquoi il n'y a pas d'opeg : organisation des pays exportateurs de grains

et demain avec l'aide de site international comme celui de claude ,pourquoi ne pas rêver à :

l'opgm : l'organisation des Producteurs de grains mondiale

c'est aux producteurs (ceux qui détiennent réellement la marchandise)d'organisaient les marchés intérieurs et extérieurs ,il y a trop longtemps que l'on se fout de nous


Madame soleil 04/10/2010 23:48


@ Manu, je me dis que si rebond il devait y avoir il sera assez rapide pour en profiter même avec des calls janvier un peu moins chers que sur mai Certes il ne permettront pas de profiter d' un
weather market au printemps, mais il sera toujours temps de recharger si besoin. En attendant l'ambiance est plutôt au gros rouge au niveau des indicateurs techniques, espérons un rapport usda
assez positif pour les contredire.


Claude 05/10/2010 09:14



Commentaire de M Soleil remis en ligne.


 


Pour les Calls, depuis peu, je relève chaque matin les cours de ceux dont j'ai ciblé un éventuel intérêt, pour être en mesure le moment venu d'intervenir.


J'en ai donc un avec l'échéance Janvier, mais là je serai en spéculation pour accompagner un mouvement de rebond.



clo 04/10/2010 22:02


cela se grippe entre l'oncle sam et l'empire du milieu. Question de monnaie et de protectionnisme ....
L'Asie fera peut-être appel à l'Europe si besoin de céréales?


Claude 04/10/2010 22:05



Bonsoir Clo,


 


Ce week-end, nous venons de vivre l'acte 1 avec la Chine qui annonce qu'elle se portera acheteuse de la prochaine émission de dette de la Grèce.


Logique, car si les américains font descendre trop rapidement leur monnaie, quelle valeur aux yeux des chinois représentera leurs bons du trésor US pour acheter des actifs ou des matières
premières.



eric68 04/10/2010 20:35


Période d'incertitudes pour tous. Vu le marasme des marchés, je reverrais bien un retour d'investisseurs sur nos matières premières! Sur le terrain, la baisse des rendements se confirme. Ensilages
de maïs bien entamés et batteuses testées : premiers ordres de grandeur -10à-20%. La grosse surprise pour certains


Claude 04/10/2010 22:07



Oui il y aura un retour, d'ailleurs certains O.S retiennent la marchandise dans les silos et renvoient certaines péniches refusant de les charger.


 


Ne vous en faites pas, certains ont déjà les yeux rivés sur les prochaines échéances, et elles ne semblent pas indiquer le Sud à en croire certains.



antoine 04/10/2010 20:06


De qui se moque t on la baguette vient d augmenter alors que le blé rebaisse à nouveau il n'y à vraiment aucun instrument de régulation ds ce pays tant pour le producteur que pour le consommateur
c'est honteux alors que je suis persuadé que les meuniers se sont couvert enfin bref de toute facon cela ne sert à rien de le dire puisque l on n'y peut rien