Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 22:59

Décidément, le blé nous fait tourner la tête. Parti de 4,60 $ le boisseau en avril 2007, il a atteint en mars dernier les 13,18 $. Soit une hausse de 190% en moins d'un an.

Le blé est ensuite parti à la baisse de façon vertigineuse, chutant de 13,18 $ à 7,31 $ entre mars et mai. Une chute de 45% en deux mois. Inutile de vous dire que pour spéculer sur ces marchés, il faut avoir des nerfs solides et le coeur bien accroché !

Mais surtout, il faut bien connaître les fondamentaux et les facteurs clé qui permettent d'anticiper la tendance. C'est l'objet de l'Edito du jour...


Cours du boisseau de blé en US cents sur le Cbot

La première question à se poser ? Sans aucun doute l'analyse du fragile équilibre entre l'offre et la demande. Car les tensions viennent de là...

Le niveau de la demande est prévisible
Côté demande, le facteur déterminant est l'accroissement de la population mondiale (une tendance long terme ininterrompue) et de son niveau de vie. Ce qui sous-entend que la demande de blé est croissante et totalement inélastique ! Si on peut s'arrêter de conduire en cas de baril de brut trop cher, on ne peut pas s'arrêter de manger !

Donc la demande mondiale est un élément prévisible et sans surprise. Elle évolue ces dernières années entre 615 et 625 millions de tonnes par an.

Si les variations des cours ne viennent pas de la demande, elles sont donc occasionnées pas l'évolution de l'offre.

Le niveau de l'offre fait le prix du blé
Avant de commencer, il faut savoir que 20% de la production mondiale de blé se retrouvent sur les marchés (le reste est consommé sur place). Les principaux exportateurs sont de loin les Etats-Unis, suivis par le Canada, l'Australie et l'UE. Viennent ensuite la zone de l'ex-URSS et l'Argentine.

Il faut suivre de près l'évolution des récoltes de ces pays, et tout particulièrement les Etats-Unis.

Quels critères surveiller ? me demanderez-vous...
Deux facteurs déterminants à surveiller de près : les plantations -- notamment aux Etats-Unis, le plus gros exportateur -- et la météo des gros pays exportateurs.

Prenons un exemple concernant l'impact de la répartition des plantations agricoles : les cours du maïs ont atteint un pic en janvier 2007. Du coup, lors des semis de printemps qui ont suivi, les producteurs de céréales américains ont diminué la part de leur culture dédiée au blé au profit du maïs, alors plus rémunérateur. C'était là un premier indice de hausse possible des cours du blé et de baisse des cours du maïs. Nous sommes quelques mois avant le pic de mars 2008.

Prenons un exemple concernant l'impact de la météo. La saison, qui a vu le cours du blé s'envoler à 13 $, a été de ce point de vue catastrophique. Tous les gros producteurs de blé ont été touchés par une météo désastreuse : sécheresse en Australie, mauvais temps en Europe et en Russie, coups de froid aux Etats-Unis et au Canada... Les caprices météorologiques se sont enchaînés au fil des semaines, et les cours du blé ont grimpé de plus en plus haut au fur et à mesure des anticipations de baisse des rendements agricoles. La corrélation est extrêmement forte entre la météo et les prix.

Retenez l'équation suivante
Météo clémente = rentabilité forte = offre importante de blé et chute des cours

Météo capricieuse = baisse des rendements = chute de l'offre et hausse des prix

Pour revenir à notre exemple : la baisse des plantations de blé et une météo franchement défavorable ont entraîné la production de blé à la baisse. Face à une demande qui reste de marbre, le gap était prévisible et inévitable.
Source : L'Edito Matières Premières & Devises du 5/09/08

Repost 0
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 19:45

1 749 Mt de céréales, c’est la toute dernière estimation de la récolte mondiale réalisée par le CIC (Conseil international des céréales) et publiée le 29 août, un chiffre à comparer aux 1 718 Mt prévues fin juillet et aux 1 687 Mt moissonnées en 2007.

En blé, le conseil estime la récolte à 672 Mt contre 662 Mt fin juillet et 609 Mt en 2007. Les résultats devraient être meilleurs que prévus dans l’Union européenne, en Russie et en Ukraine. Mais la qualité n’est pas au rendez-vous dans ces pays, les pluies ayant affecté la récolte des Vingt-Sept, notamment.

En maïs, la production atteindrait 774 Mt, soit 15 Mt de prévues en juillet. Des conditions météorologiques finalement plutôt favorables devraient permettre aux Etats-Unis de moissonner 305 Mt, soit 10 Mt de plus que prévues en juillet.

« Des approvisionnements plus faciles et des prix plus bas vont amplifier la consommation, particulièrement en ce qui concerne le blé de basse qualité pour l’alimentation animale et le maïs pour l’éthanol », signale le CIC dans son rapport.

Toutefois, pour les deux céréales, la hausse de la consommation devrait autoriser la reconstitution des stocks. Ceux-ci sont donc également relevés : 151 Mt en blé, contre 144 Mt prévues en juillet et 122 Mt fin juin 2007, 112 Mt en maïs, contre 103 Mt le mois dernier et 127 Mt à la fin de campagne dernière.

Source : Agra Presse 31/08/08

Repost 0
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 16:08

En proie à la sécheresse, l'Iran s'est tourné vers les États-Unis pour se fournir en blé, une première depuis 27 ans.

 

Selon un rapport du ministère américain de l'Agriculture (USDA), l'Iran a acheté environ 1,18 million de tonnes de blé dur aux États-Unis depuis le début de la campagne 2008/09, en juin. Ce chiffre représente déjà presque 5% des exportations américaines annuelles prévues. Les dernières importations iraniennes de blé américain remontaient à la campagne 1981/82.

La production de blé de l'Iran, en proie à une grave sécheresse depuis plusieurs mois, devrait se limiter à environ 10 Mt cette année, alors que les besoins dépassent les 15 Mt. La récolte américaine a été la première disponible sur les marchés, avant l'Union européenne, la Russie, l'Ukraine et l'Australie, où la moisson ne débute que dans plusieurs mois.

Sur le plan intérieur, ces importations constitueraient un sérieux revers pour l'Iran, qui a fait de l'autosuffisance agricole une priorité. Mais après avoir incité les agriculteurs à cultiver plus de blé, Téhéran a négligé la récente flambée des cours sur les marchés internationaux et a maintenu inchangés les prix des céréales. Beaucoup de producteurs ont donc décidé d'abandonner cette culture cette année.

Source : AFP - 25/08/08

Repost 0
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 23:37

L’augmentation des cours du blé observée depuis deux ans qui a poussé les agriculteurs vers cette culture, et les bonnes conditions climatiques de cette saison ont favorisé la bonne récolte 2008. Pour Patrice Germain, directeur général adjoint de l’Onigc, « en ce qui concerne la France, les prévisions sont excellentes en blé tendre avec environ 37 millions de tonnes, soit 20 % de plus que l’an passé ».

Depuis deux ans, les cours montent. Les spéculateurs se sont découvert une passion pour le blé et nombre d’agriculteurs ont décidé de semer plus de cette céréale qu’à l’habitude. La bonne récolte 2008 pourrait changer légèrement la donne. « Les fonds spéculatifs vont bien moins s’intéresser à un produit beaucoup plus abondant, résume Patrice Germain. La volatilité diminue également ». Toutefois, les cours devraient rester à de bons niveaux, entre 190 et 210 euros la tonne en Europe. « Sans être extraordinaire, le prix va rester satisfaisant ! », indique le directeur général adjoint de l’Onigc.

Source : TV Agri 26/08/08

Repost 0
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 23:08

Les rendements des productions de maïs sont annoncés à la hausse. La prévision pour l’Union européenne est de quasiment 7 tonnes par hectare, soit + 20 % par rapport à 2007 et + 10 % par rapport à la moyenne quinquennale. La progression est tout particulièrement sensible à l’Est du continent.

+100 % en Hongrie, + 120% en Roumanie et + 200% en Bulgarie : les prévisions de rendement de maïs connaissent une croissance notable cette année. « Les importantes précipitations durant le printemps et l’été 2008 sont à l’origine de cette hausse des productions de maïs d’Europe centrale, indique l’AGPM (Association générale des producteurs de maïs). La Hongrie atteindrait un rendement moyen voisin, voire supérieur à 7 T/ha, soit une production 2008 estimée entre 8 et 9 MT ».

Dans l’hexagone on attend un rendement dans la moyenne décennale voisin de 9T/ha. « Les précipitations à répétition du printemps ont retardé plus ou moins fortement certains semis et ont engendré des parcelles très hétérogènes au début de l’été, note l’AGPM. Mais, le climat doux et l’absence d’importants à-coups de cet été ont permis d’atténuer ces hétérogénéités ».

Source : TV Agri

Repost 0
15 août 2008 5 15 /08 /août /2008 18:18

Les prix du blé ont chuté de plus de 40% depuis leur flambée historique en début d'année grâce à des moissons qui s'annoncent record, mais ils restent encore presque deux fois plus élevés que début 2007, soutenus par une demande qui ne cesse de croître.

Coté sur le marché des matières premières de Chicago, le boisseau de blé (environ 27 kilos) est descendu mercredi à 7,9025 dollars. Il affiche ainsi une chute de 41% depuis son record absolu, atteint le 27 février, 13,4950 dollars.

En début d'année, après des mois d'escalade, un vent de panique s'était emparé du marché, qui craignait que les stocks américains, jugés faibles, ne suffisent pas à répondre à la demande avant la moisson de l'été.

"Certains pensaient que les stocks allaient tomber à leur plus bas niveau depuis la Seconde guerre mondiale: le blé échangé à Minneapolis (nord), riche en protéines et utilisé notamment pour la production de pâtes, s'est envolé brusquement au delà des 20 dollars le boisseau", rappelle Bill Nelson, analyste à la maison de courtage Wachovia Securities.

Par ricochet, les investisseurs se sont rués sur cette matière première sur l'ensemble des marchés mondiaux.

En réponse à cet affolement, les principaux pays producteurs ont augmenté les surfaces cultivées en blé, et désormais, "l'offre répond largement à la demande", selon M. Nelson.

Rien qu'aux Etats-Unis, premier exportateur mondial, la surface a progressé de plus de 9%, alors que les variations annuelles restent en général inférieures à 5%.

Par conséquent, la récolte de blé devrait atteindre un niveau record cette année.

Mardi, le département américain à l'Agriculture (USDA) a relevé son estimation de production mondiale à 610,77 millions de tonnes pour la campagne 2007/08, et à 670,75 millions l'année suivante, du jamais vu.

Outre des surfaces plus importantes, les récoltes ont été dopées par une météo favorable. Tout l'inverse de l'année dernière, où les éléments avaient semblé se liguer contre les agriculteurs: inondations en Europe, gel aux Etats-Unis et au Canada, sécheresse dramatique en Australie...

"Pour chacun de ces pays, c'est au moins 20% de la récolte qui avait été perdue", estime Jason Roose, de US Commodities.

En France, l'Office national interprofessionnel des grandes cultures prévoit une production 2008 de 37 millions de tonnes, 20% de plus que l'an dernier.

Elle devrait bondir de 14% aux Etats-Unis, et de 20% en Australie, selon les prévisions de l'USDA.

Mais si les prix sont revenus proches de leurs niveaux de l'été dernier, "le blé reste cher: historiquement, il s'échangeait autour de 4-4,50 dollars le boisseau", rappelle M. Roose. Des niveaux de prix plus vus depuis mars 2007.

"Autour de 8 dollars, le blé s'échange à un bon prix", juge cet analyste, "en raison d'une demande qui reste soutenue" pour plusieurs raisons.

Contrairement à la consommation de pétrole, qui semble marquer le pas sous l'effet du ralentissement économique mondial, les besoins en blé ne cessent de croître.

"Tant que la population continue de gonfler, la demande continue de progresser, parce que les gens ont besoin de manger", explique M. Nelson.

Par ailleurs, avec la cherté du pétrole, les biocarburants sont de plus en plus prisés, poussant les agriculteurs à se tourner vers le maïs et le soja, qui servent à la production de bioéthanol et biodiesel.

Les agriculteurs doivent aussi répercuter sur leur marchandise la hausse des prix de l'énergie, qui fait gonfler les coûts de fonctionnement.

Dans ce contexte, les analystes écartent un retour des prix sous les 5 dollars le boisseau à moyen terme.

Source : AFP 15/08/08

Repost 0
14 août 2008 4 14 /08 /août /2008 22:12

La récolte 2008 de céréales devrait atteindre 68,9 millions de tonnes, d’après les estimations du Service de la statistique et de la prospective. La production des céréales à paille devrait dépasser son niveau record de 2004 avec 53,6 millions de tonnes. Ces bons résultats sont principalement dus à la progression des surfaces ensemencées et à l'augmentation des rendements. Malgré une diminution de la sole de colza par rapport à 2007, la production atteindrait également un niveau record. La récolte de protéagineux est en revanche au plus bas.

La production de céréales devrait atteindre 68,9 Mt, selon les premières estimations du Ssp (Service de la statistique et de la prospective), soit près de 16 % de plus qu’en 2007 et 11 % au dessus de la moyenne 2003-2007. L’augmentation de 11% de la sole cette année et la progression des rendements moyens de 7 q/ha expliqueraient ce niveau de production. On attend une récolte de céréales à pailles de 53,6 Mt, en progression de 21% par rapport à la campagne 2007 et dépassant son record de 2004.

 

Production et rendement en hausse pour les céréales à paille

La récolte de blé tendre devrait atteindre 37 Mt cette année, marquant une hausse de 20 % par rapport à la campagne 2007. On attend également une production de 2,2 Mt de blé dur, en hausse de 11% malgré une baisse des surfaces. La production d'orge est jugée exceptionnelle cette année avec une récolte estimée à 12 Mt, nettement supérieure à la moyenne 2003-2004 (+18%). Avec 1,8 Mt, la production de triticale est également en hausse de 22% par rapport à 2007, avec des rendements en progression de 9 q/ha cette année. La production d’avoine augmente de 16 % et celle de seigle de 3 %.

Le Ssp indique que la production 2008 de maïs-grain devrait être sensiblement équivalente à celle de 2007 avec 14,4 Mt. L’augmentation de la sole compense tout juste la baisse du rendement moyen, estimé cette année à 88 q/ha. La diminution des rendements est d’environ 14 q/ha en Poitou-Charentes, 4 q/ha en Alsace, 2 q/ha en Aquitaine et 1 q/ha en Midi-Pyrénées. La production de sorgho accuse cette année un repli de 9% par rapport à 2007.

Production record de colza

 

La production de colza s’élève cette année à 5,0 Mt, en hausse de 6% par rapport au record de 2007, et ce malgré un repli des surfaces (-6% cette année). Les bons résultats s’expliquent par une augmentation du rendement moyen de 4 q/ha par rapport à l’année précédente, en dépit de certaines déceptions (Champagne et Lorraine). La production de tournesol connaît cette année une nette progression et atteint 1,4 Mt. 

502 milliers de tonnes de pois protéagineux sont attendues cette année. La production  est en baisse pour la quatrième année consécutive, et la sole perd 28% cette année. Le rendement estimé à 43 q/ha est inférieur de 1q/ha au rendement moyen 2003-2007. La production progresse malgré tout dans le Centre (+10%) et en Picardie (3%). La récolte de féveroles se stabilise à 268 milliers de tonnes. Le rendement record de 46 q/ha est maintenu cette année, alors que les surfaces sont en progression de 9% par rapport à 2007.

Avec 16,8 millions de tonnes, la production de maïs fourrage est en repli de 2 % par rapport à 2007, en dépit d’une augmentation de 4 % de la sole. La diminution de la récolte est essentiellement due à un rendement en baisse de 8 q/ha.

Source : Terre-net 14/08/08

Repost 0
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 22:17

On pouvait lire ceci sur le site d'Agritel ce jour :
Les opérateurs ont attendu avec intérêt le rapport de l'USDA hier qui a validé la hausse de la production mondiale de céréales. Ainsi toutes céréales confondues, la production est attendue par le ministère américain de l'agriculture à 1089.11 MT soit une hausse de +20MT par rapport à son estimation de Juillet dernier et une progression de +13 Mt par rapport à l'an dernier. Toutefois, malgré une récolte importante et une révision à la hausse des stocks par rapport aux estimations de Juillet, le volume de report en céréale demeure tendu à l'échelle mondiale à 143.79 MT.

 

Cette situation couvre néanmoins une situation bien plus favorable qu'attendu en blé et en maïs où les prévisions américaines sont largement supérieures au mois dernier.

En blé, la production progresse de l'ordre de +10 % par rapport à l'an dernier permettant ainsi un retour des stocks au dessus de 136 MT. Cette disponibilité notamment chez les principaux pays exportateurs permettrait ainsi de voir progresser les échanges internationaux où la demande reste vive à l’image du dernier appel d’offre pakistanais.

 

En maïs, les conditions favorables sur les plaines américaines impliquent une révision à la hausse des rendements. Cette situation pousse naturellement à une hausse notable des estimations de récolte aux USA gommant ainsi les dégradations liées aux inondations dans la Corn Belt du printemps dernier. Néanmoins, malgré des chiffres rassurants, les acteurs de ce marché restent septiques par rapport à ces prévisions anticipées de récolte les jugeant très optimistes par rapport aux risques climatiques qui ne sont pas encore levés sur cette culture à ce stade de développement.

 

En oléagineux, la production américaine de soja est globalement inchangée. En revanche, l'estimation de production mondiale d'oléagineux est révisée à la baisse à 472.78 MT soit une estimation inférieure au mois dernier (473.96 MT en Juillet) mais toujours supérieure à la saison dernière faisant ainsi face à la hausse de la demande. Ce chiffre cache toutefois des révisions à la hausse de la production de colza en Ukraine. (Source : agritel du 13/08/08)


Intéressant de voir que tout le monde est négatif sur l'orientation des cours du Blé.
Il reste pour le moment dans un canal baissier, mais ...
Regarder l'un des indicateurs les plus puissants en Analyse Technique, le MACD qui est négatif mais casse violement à la hausse sa ligne de signal pour s'orienter vers le Nord (1er élément de réponse).
2ème élément, si vous tracez une droite reliant les principaux points haut des bougies depuis mi-juin jusqu'à mi-aout, vous constaterez que cette oblique qui canalisait les cours à la baisse vient d'être perforée à la hausse (second élément de réponse).
3ème élément, les volumes et ce jour ils sont important avec près de 8 000 sur l'échéance Novembre 2008 qui termine à 196,5 soit + 4,5%.
A suivre avec intérêt à partir de la 2ème quinzaine d'aout.
Claude
Repost 0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 23:32

Avec 37 Mt environ, la récolte de blé tendre atteint l'un des meilleurs scores enregistrés au cours de la dernière décennie, révèlent Arvalis-Institut du végétal et l'Onigc.

 

Avec une surface de plus de 5 Mha, en progression de 200.000 ha par rapport à l'an dernier, et un rendement national de 73 q/ha en moyenne (9 q/ha de plus qu'en 2007), la récolte française de blé devrait avoisiner les 37 Mt en 2008. L'un des meilleurs scores enregistré au cours de la dernière décennie, après 2004 (37,6Mt) et 1998 (38,2 Mt). Tels sont les prévisions conjointes d'Arvalis-Institut du végétal et de l'Ongic alors que la moisson est réalisée à 80 % pour le blé tendre

Les rendements s'échelonnent de 53-70 q/ha au sud de la Loire à 80-90 q/ha au nord de la Seine. Les régions proches de la Manche et de la Mer du Nord, les Pays de la Loire et Midi-Pyrénées enregistrent des hausses de rendement pouvant aller jusqu'à 14 quintaux par hectare.

Des hétérogénéités sont observées à l'intérieur des régions, conséquences des conditions climatiques pénalisantes en sols hydromorphes, ou des productions de blé sur blé.
Une certaine déception est observée en Champagne sur les rendements, mais la qualité est au rendez-vous.

Les taux d'humidité à la récolte sont corrects, entre 12 et 14,5% suivant les latitudes. Les teneurs en protéines sont comprises entre 10,5 et plus de 12% selon les régions, avec une teneur plus élevée vers l'est et le nord-est (supérieure à 12%). Les poids spécifiques, souvent inférieurs à 76 kg/hl dans le sud, atteignent des niveaux satisfaisants, supérieurs à 76 kg/hl voire même 80 kg/hl à ce jour dans les régions plus au nord. Il n'y a pas de problème de germination sur pied, sauf rare exception. Les temps de chute de Hagberg sont très bons, généralement supérieurs à 250/300 secondes.

Source : Arvalis-Institut du végétal / Onigc - 08/08/08

Repost 0
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 21:54

Pour la quatrième année consécutive, la production de pois protéagineux est en baisse.

 

Avec 502 milliers de tonnes, la récolte de pois perd 15 % par rapport à 2007, et 60 % par rapport à la moyenne 2003-2007, selon les premières estimations du service de la statistique du ministère de l'Agriculture.

La sole est au plus bas et perd 28 %, après la baisse record de 32 % déjà enregistrée l'an dernier. Le rendement, estimé à 43 q/ha, gagne 6 q/ha mais reste inférieur de 1 q/ha au rendement moyen quinquennal. La production progresse pourtant de 10 % dans le Centre et 3 % en Picardie.

Au contraire, la récolte de féveroles s'établit à 268 milliers tonnes, en hausse de 9% par rapport à 2007, mais en repli de 13 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Avec 46 q/ha, le rendement maintient son niveau record obtenu en 2007. Les surfaces repartent à la hausse (+ 9%), mais restent cependant nettement en dessous de la moyenne quinquennale (- 25 %).

Source : Agreste Conjoncture - 11/08/08

Mardi 12 Aout, sera un jour important concernant l'orientation future des cours du blé (rapport USDA à 14 h 00).
Dès demain matin, je posterais le graphe du blé échéance novembre 2008

Repost 0