Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 22:59

La production de blé tendre enregistre une forte hausse de près de 27 %, et atteint 5,1 Mt ce qui représente la deuxième plus grosse récolte de la décennie (cliquez sur Figure 1). Avec une surface inchangée (1,3 Mha), l’augmentation de la production s’explique par de meilleurs rendements. Le rendement moyen national a en effet augmenté de 28 %, il passé de 30,0 q/ha à 38,4 q/ha, soit le meilleur rendement de ces 10 dernières années.

 

Près de la moitié de la récolte est effectuée en Castille et Léon : avec un tonnage qui avoisine 2,4 Mt, cette région reste la première zone de production de blé tendre en Espagne (Figure 2). L’Association Espagnole des Techniques Céréalières (AETC), réalise chaque année une enquête qualité avec la collaboration du Ministère de l’Agriculture, Pêche et Alimentation. 514 échantillons représentatifs de blé tendre ont été analysés en 2007.
 

Berdún, première variété cultivée
Les semences certifiées représentent 35 % des emblavements, et les 5 premières variétés cultivées couvrent un tiers de la surface nationale de blé tendre (
Figure 3). La variété la plus représentée est comme l’an dernier Berdún avec une part de 9,1 %, le reste du classement variétal est ensuite différent de celui observé en 2006. Alors que les variétés Gazul, Artur Nick et Escacena étaient très en retrait l’année passée avec des parts comprises entre 2,5 et 2,7 %, elles se positionnent en 2007 dans les 5 variétés les plus cultivées avec des représentativités qui ont plus que doublé. Quant à la variété Soissons, sa part continue de diminuer : elle se classe 8ème alors qu’elle était encore la première variété en 2005.
 

La qualité relevée pour la récolte 2007 est comparable voire en légèrement inférieure selon les critères, à la moyenne de ces 5 dernières années. Cependant, la teneur en protéines fait exception : elle est très en recul par rapport à la moyenne quinquennale avec 1,2 points de moins (Tableau 1). Alors que l’an dernier le poids spécifique et le PMG étaient les plus bas depuis 2002, ils sont cette année en hausse et se rapprochent des moyennes quinquennales.
 

La teneur en protéines, particulièrement élevée l’an passé, est en net retrait. La moyenne nationale passe sous le seuil des 12 %. Ce recul est indépendant de l’évolution variétale, une même variété pouvant perdre jusqu’à 4 points. Les moyennes nationales relevées pour ce critère continuent d’être très irrégulières d’une année à l’autre (Figure 4).
 

Concernant les données alvéographiques, elles ont peu variées. Toutefois, le P/L enregistre une légère hausse. La moyenne nationale est de 0,6 alors qu’il était de 0,5 ces deux dernières années. Cette évolution peut s’expliquer par l’évolution du paysage variétal, avec la progression de variétés dont le P/L varie de 0,8 à 1,3 comme Gazul et Califa sur, ou Escacena ; et le recul de variétés à P/L plus faibles (0,3-0,5) comme Berdún, Marius ou Soissons.

Sources : AETC (Asociaciòn Española de Técnicos Cerealistas) – Encuesta de calidad de los trigos españoles- cosecha 2007 ;  Agreste-Eurostat ; Ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Alimentation Espagnol

Caroline BENAROCH (ARVALIS - Institut du végétal)

Partager cet article

Repost 0

commentaires