Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 23:36

Le sucre m'impressionne. Rien ne semble pouvoir l'arrêter.

Début mai, Nicolas Rémy et moi-même écrivions chacun un article sur le sucre dans l'Edito. Le cours du sucre cotait alors autour de 15 cents la livre.

"J'attends une continuation de la progression vers la cible intermédiaire des 15,6 cents puis celle des 16 cents en extension, soit le précédent point haut atteint en juillet 2008. Le franchissement de ce niveau permettrait alors de rallier le niveau des 17 cents",
nous disait Nicolas dans Signal Matières & Devises.

+70% en six mois !
Une semaine plus tard, je rédigeais à mon tour un article de fond sur le sucre...

Et je situais mon premier objectif à 16,50 cents la livre, "à savoir le retracement de Fibonacci de 61,8% de l'intégralité de la baisse intervenue entre 2006 et 2008".

La semaine dernière, le sucre a pulvérisé tous nos objectifs : les 16 cents d'abord, les 17 cents aussitôt dans la foulée. Une envolée aussi soudaine que spectaculaire.

Hier soir, le cours affichait 17,90 cents... +70% en six mois ! Un point haut de trois ans.

Nous frisons les 18 cents ; très loin des 10,60 cents de décembre.

Demande en hausse
Je ne vais pas tout détailler à nouveau aujourd'hui.

Ayez juste en mémoire que la tendance de fond de la demande est haussière. L'organisation internationale du sucre s'attend pour 2009 à une hausse de la demande mondiale de +2,4%.

Le repli du dollar est un facteur de hausse supplémentaire, les échanges internationaux étant libellés en dollars. Les pays importateurs profitent de tout repli du billet vert pour acheter à bon compte. Or il a glissé à nouveau jusqu'à 1,41 $ pour un euro.

Offre en berne
Parallèlement, l'offre a du mal à suivre. Au niveau mondial, l'ISO s'attend pour 2009 à une baisse de l'offre mondiale de -3,8%. Les productions brésilienne et indienne (les deux premiers producteurs mondiaux) sont attendues en repli sensible cette année.

A noter aussi que l'envolée du prix des engrais et des pesticides ne favorise pas l'amélioration des rendements, ce qui pèse sur l'offre.

Le marché bascule ; le déficit s'installe
Conséquence de la baisse de l'offre et de la hausse de la demande : le marché jusqu'ici excédentaire deviendrait cette année déficitaire.

Selon l'ISO, le déficit de sucre devrait atteindre d'ici septembre 2010 les 4,5 millions de tonnes, sachant qu'on anticipe pour cette année un déficit de 7,8 millions de tonnes.

L'envolée du brut a mis le feu aux poudres
Vous savez à quel point les softs sont aujourd'hui corrélés au cours du pétrole. Avec le sucre, on fait du biocarburant : l'éthanol. Au Brésil, 90% des voitures roulent à l'éthanol.

Or actuellement, 45% de la production brésilienne de sucre -- ce pays est le premier producteur mondial -- est destinée à l'alimentation, 55% à l'éthanol !

En quelques semaines, le rebond du cours du pétrole de 38 $ à 73 $ le baril WTI a propulsé le sucre à la hausse. Car plus le prix du brut grimpe, plus la demande de la filière éthanol croît, et plus il est intéressant pour les producteurs de sucre de vendre leur production à la filière éthanol plutôt qu'alimentaire.

Cette "ponction" de la filière éthanol pèse lourdement au-dessus des marchés internationaux du sucre...

L'Inde, carte maîtresse sur le marché du sucre
L'Inde est avec le Brésil le plus gros producteur de sucre au monde. Le pays est aussi le plus important consommateur de sucre de la planète. Jusqu'à très récemment, le pays était exportateur net de sucre.

Mais le voilà soudainement devenu importateur net de quelque deux millions de tonnes. Ce qui déséquilibre fondamentalement le marché du sucre.

En effet, sa production de sucre est cette année attendue en chute de 44% par rapport à l'an dernier.

Or l'an dernier déjà, la production avait chuté de 20% pour cause de sécheresse.
Pour doper sa production de sucre, le gouvernement indien va accroître de 33% le prix d'achat du sucre de canne payé aux agriculteurs. Mais cela ne suffira pas...

La météo s'invite intempestivement dans la partie
L'envolée du cours de ces derniers jours est liée à la mousson ! Elle serait plus faible qu'attendue en Inde cette année, ce qui pourrait nuire un peu plus encore aux rendements, donc réduire davantage encore le niveau de production de sucre attendu.

Sachant que le premier consommateur mondial de sucre est déjà contraint d'importer substantiellement, nul doute que ce scénario augmentera le déficit mondial de sucre déjà prévu cette année.

Que nous dit le graphique ?
Début mai, j'écrivais : "si vous regardez le graphique, vous voyez que la solide résistance (en rouge sur le graphe ci-dessous) qui se situait autour des 14,50 cents, et testée par deux fois sans succès en 2008, vient de voler en éclats. Au moment même d'ailleurs où le brut cassait sa résistance des 55 cents !

Voilà qui constitue à mon avis un signal positif plaidant pour une poursuite de la hausse dans les semaines qui viennent."

 

 

Cours du sucre en US cents la livre sur le NYBOT

 

Jusqu'où peut aller le sucre maintenant ?
Le prochain objectif se situe dans la zone des 18,30 cents. Cette zone correspond à une ancienne résistance et au retracement de Fibonacci de 76,4% de l'intégralité de la baisse intervenue entre janvier 2006 et avril 2007.

En extension, on visera le seuil psychologique des 20 cents.

 

 

 

Du côté des indicateurs techniques, la situation est mitigée. Le RSI se trouve en zone de surachat. Le MACD, en territoire positif, est repassé au-dessus de sa ligne de signal.

Voilà pourquoi j'attendrais un pull back pour me positionner. Un retour sur le niveau support de 16 cents constituerait une bonne fenêtre d'entrée.

Source :  L'Edito Matières Premières & Devises du 30/06/09

Partager cet article

Repost 0

commentaires

toto 06/07/2009 21:53

Le sucre attendait son tour bien tranquillement.Toutes les mps ont flambées à un moment ou à un autre ces 18 derniers mois sauf le sucre.

Enorme résistance autour de 19 cts.En cas de franchissement le sucre pourrait atteindre des sommets rarement vu.
Dire que l'europe a distribué des millions d'euros pour que des agris arrêtent de produire de la betteraves --- cherchez l'erreur!!!!

Claude 08/07/2009 17:27


Je suis extrèmement bien placé pour savoir que tes propos sont justes.